Saturday, October 23, 2021

Quand Jean Jean Roosevelt fustige l’OEA dans une chanson…

Must Read
Quand Jean Jean Roosevelt fustige l'OEA dans une chanson...
Quand Jean Jean Roosevelt fustige l’OEA dans une chanson…

Haiti Culture: Si son talent reste et demeure un fait indéniable,Jean Jean Roosevelt est aussi réputé de part son charisme, pour être un artiste engagé qui dresse une radiographie de la société haïtienne en proie à des crises multidimensionnelles et récurrentes.À travers  son morceau titré “Une lettre à ma femme”,l’artiste pointe du doigt à l’OEA,responsable de tous les maux d’Haïti.

 

Originaire de la Grande-Anse,Jean Jean Roosevelt est un artiste né.Sa musique est distinguée par une influence multi-ethniques,brodée par un brassage culturel qui fait un panorama de la réalité du pays depuis la traite négrière.Jean Jean Roosevelt est très engagé socialement.Son riche répertoire aborde des sujets universels tels que l’amour,l’équité de genre,le civisme,la solidarité,la persévérance et la préservation de l’environnement.

 

Sorti il y a un an,son morceau titré”Une lettre à ma femme” fait couler encore beaucoup d’encres dans ce contexte de crise sociopolitique et sanitaire qui sévit dans le pays. C’est une preuve de son désaccord au désarroi du pays et à l’ingérence de l’Organisation des États Américains(OEA) dans les affaires d’Haïti.Pour lui,l’OEA est une organisation qui est responsable de la pauvreté d’Haïti,spécialiste d’élections truquées.

 

La chason titrée <<Une lettre à ma femme>> est de loin une correspondance amoureuse pouvant traduire ses sentiments à une âme soeur.Le champion des jeux de la francophonie s’adresse de préférence aux haïtiens qui se taisent face aux malheurs d’Haïti et l’ingérence des puissances impérialistes dans les affaires relevant de la juridiction interne du pays. Cliquez sur ce lien pour ecouter la musique https://youtu.be/QJ9vk7bcQuA

 

Sans prendre des gants, l’artiste expose les problèmes du pays tout comme l’incapacité des dirigeants à y faire face. De la corruption à l’insécurité, en passant par la défaillance de notre système sanitaire et l’insalubrité de la capitale, Jean Jean Roosevelt dresse un portrait vivant de la réalité actuelle. Il n’a pas oublié les massacres perpétrés par les proches au pouvoir à La Saline,Martissants et autres.Il touche des dossiers sensibles comme la disparition du journaliste Vladjimir Legagneur et surtout la dilapidation des fonds de PetroCaribe,s’exclame-il dans sa chanson.

 

« Il faut qu’on prenne nos responsabilités. Il faut que quelqu’un leur disent leurs quatre vérités. Tu ne veux pas que je parle de cette histoire de PetroCaribe. Plus de 4.8 milliards de dollars que nos dirigeants ont dilapidés. Tu ne veux pas que je parle de Rospide, de Vladimir. Parler des 7 mercenaires, des menteurs, des parlementaires. Tu ne veux pas que je parle de Martissant, de La Saline, de Carrefour-Feuilles », chante-t-il.

 

Dans ce morceau emballé de message salutaire, Jean Jean Roosevelt tacle l’Organisation des États américains.La récente « déclaration » de l’actuel secrétaire de l’OEA,Luis Almagro, se joint aux paroles entonnées par le natif de Jérémie,surtout dans un contexte où le débat politique bat son plein sur la question de la durée du mandat de la présidence de Jovenel Moïse.L’OEA fixe sa position et se cantonne comme maître et seigneur en dépit de son statut d’organisation non gouvernementale et internationale,et jette son dévolu pour le 7 Février 2022 oubliant,rappelons-le les allégations de l’article 134.2 de la constitution amendée de la première république noire au monde.Une déclaration jugée de favoritisme par les opposants du pouvoir,qui ne jurent que par le départ de Jovenel Moïse le 7 Février 2021, pour laisser le palais national à une nouvelle équipe capable de mettre sur pied un gouvernement de transition.

 

Le très « talentueux chanteur » accuse cette institution internationale d’être à la base de tous nos maux. « Je me tue moi-même, bébé, quand l’OEA est dans nos rives. Je me tue moi-même, bébé, quand pour être poli, m pa ka di yo sa Kasayòl te di bèf la. OEA, diviser pour mieux régner. OEA, spécialiste d’élections truquées, OEA, responsable de notre pauvreté…OEA mission choléra… », martèle Jean Jean, dans un contexte où tout va mal.

 

Tout compte fait,Jean Jean Roosevelt,sort de l’ordinaire pour se positionner comme un artiste engagé,un avant-gardiste pour dénoncer les actes odieux de l’OEA dans les affaires internes du pays,pour dénoncer les dilapidations du fonds PétroCaribé et pour interpeller les gangs armés qui font la pluie et le beau temps dans les ghéttos.Et du coup,il rappelle à tous les haïtiens que le destin d’Haïti dépend exclusivement des haïtiens,donc nous devons assumer nos responsabilités.

 

Vladimir SERGILLES

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Latest News

Haiti Football Sélection Nationale: Agression, Frustration, Abandon, Denonciation et …

Haiti Football Sélection Nationale: Agression, Frustration, Abandon, Denonciation et ...   Part I-Gold Cup 2021: Après la défaite de la selection...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img
Translate »