Saturday, September 25, 2021

HAITI PETROCARIBE : Les décaissements dans le cadre de PétroCaribe

Must Read

En 2008, 198 millions de dollars ont été décaissés suite au passage de quatre cyclones- Gustave, Fay, Hanna, Ike- qui ont ravagé le pays. Ce n’était pas prévu. Après le séisme, du 12 janvier 2010 Haïti décaissa 163 millions de dollars à partir de ces mêmes fonds du projet PétroCaribe, afin de faire face aux catastrophes. En 2012 PétroCaribe a aidé à faire face aux urgences engendrées par le cyclone Sandy. On a compris à Caracas… On continuait de comprendre. Toutefois il nous faut continuer à payer. Nous devons accélérer notre vitesse. Avec nos produits agricoles ou avec de nouvelles idées.

La République dominicaine doit aussi au Venezuela une facture de 3 milliards de dollars et commence à payer. La Jamaïque doit à Caracas 600 millions de dollars par an, avec une facture de 2,4 milliards de dollars et commence à rembourser tout en se grattant la tête.  Les Haïtiens, nous sommes chanceux parce que le Venezuela a éliminé 400 millions de dollars de notre dette de PétroCaribe, mais après, nous avons accumulé plus de 903 millions de dollars de nouvelles dettes et avec Jovenel Moïse nous faisons semblant que le Venezuela n’existe plus il ne faut pas avoir peur de le dire.

À la fin de la journée, Haïti compte certes la plus grande dette publique de son histoire. Nous devons commencer à réfléchir sur cette dette et oublier la quantité de denrées alimentaires à envoyer au Venezuela, comme aux temps du président Jean Pierre Boyer après l’accord de 1825 avec la France. On avait pris plus de 100 ans pour rembourser. Cette fois, combien de temps allons-nous prendre pour en finir Maduro ou pas avec la dette du Venezuela ? ….

Beaucoup de choses devrait changer obligatoirement avec la création de la Zone Economique Pétrolière (ZEP) mort-né que le président Nicolas Maduro a créé le 29 Juin 2013 et qui n’intéresse plus Haïti. La rente n’intéresse plus Haïti. La rente pétrolière représentant 90% des ressources en devises du Venezuela, la capacité d’une administration Maduro à poursuivre la politique PétroCaribe de la même manière que Chavez, dépendait, d’un accroissement de la production pétrolière. Ce qui a été bloqué par les Américains.

Le Venezuela fournit à Cuba quelque 100 000 barils de pétrole par jour à des conditions préférentielles en échange de personnel médical. Si Chavez avait profité de la forte reprise des couts du baril (multipliés par 10 en une décennie), pour gâter ses alliés dont Haïti, les données sont en train de changer depuis le revirement de Port-au-Prince.  De plus, contrairement à Hugo Chavez le président Maduro a tenté subtilement un rapprochement avec les Etats Unis qui s’est mal terminé après les affaires Snowden et Guaido.

Malgré tout 36% de la production pétrolière du Venezuela vont encore vers les Etats-Unis qui rêvent toujours de récupérer ce pays en rébellion et qui s’est cherché d’autres amis (Poutine ou Pékin). Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry, a déjà rencontré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Elias Jose Jaua et s’est déclaré prêt à travailler avec Nicolas Maduro dans tous les domaines surtout s’il se retire.  Le Président du Venezuela a rompu le dialogue après la nomination de Guaido. Haïti doit donc se positionner, bien résoudre ses problèmes de PETRO CARIBE et ne jamais être surpris …

 

Désormais sans PétroCaribe

L’ex-président de la REFIDOMSA, la Raffinerie Dominicaine de Pétrol, Leopold Espaillat Nanita, est formel : Haïti-Chérie qui se donne les yeux fermés vit comme une sainte Marie pleine grâce. Elle ignore ses propres richesses !  Sa plus grande grâce est le pétrole ou l’iridium !  Haïti, selon lui possède conjointement avec la République Dominicaine le terrain aurifère non exploité le plus grand du monde. Haïti serait, en seconde position après l’Afrique du Sud (le principal détenteur mondial) d’un minerai peu connu : l’Iridium, utilisé dans la construction des navettes spatiales et des missiles tactiques. Ou tande ?

Dans son film « Haïti Chérie » Claudio del Punta  aborde ce sujet en profondeur, et reconnait que les haïtiens ne font pas grand-chose pour exploiter leurs richesses, préférant les offrir à qui le veut bien, pour des plats de lentilles. Selon ce film, les haïtiens d’aujourd’hui ne sont pas ceux du passé. Pourtant, il y a de grands haïtiens encore vivants, qu’on ignore. Haïti détruit ses arbres physiques et ses arbres humains. Haïti peut désormais sans PétroCaribe redevenir une grande nation à condition que les Haïtiens cessent de réfléchir de manière petite. Tel est le message.

Et pourtant, de nombreux haïtiens anonymes sont encore prêts à assumer la relève. En 1949, le gouvernement de Dumarsais Estimé avait déjà tenté d’exploiter ces gisements pétrolifères haïtiens en faisant appel à la « Atlantic Reffining Company » (ATRECO). Les travaux de forage ont été exécutés avec l’assistance du ministère de l’Agriculture et des Ressources Naturelles et du Développement Rural sous la supervision de l’Agronome Jean David.

Encore aujourd’hui, si l’on se rend à la localité de Caradeux, entre l’Aéroport International Toussaint Loverture et Pétion-Ville, on peut voir les nombreuses traces des Derricks qui ont œuvré dans la zone. La bouche du puit est scellée avec une plaque en cuivre portant la date de forage et le nom de la ATRECO.

Il n’est pas superflu de mentionner qu’en 1975 le gouvernement de Jean Claude Duvalier avait fait appel à la Crux Limited pour l’exploration des dites ressources pétrolières repérées dans la rade de Port-au-Prince près de la Gonâve aussi bien qu’à Grande Saline.

L’INAREM ou Institut National des Ressources Minières dont le Coordinateur fut Henri P. Bayard a entamé des recherches pendant près de 6 mois, de Port-au-Prince jusqu’à la frontière dominicaine comme l’aire possible du forage entrepris par la ATRECO dans la Plaine du Cul-de-Sac. Ce puit pétrolier se trouve sur la route vicinale qui sort de Caradeux pour aller à la chapelle Ste Marie de Pétion-ville. Des échantillons ont été prélevés et analysés dans le laboratoire du Bureau des mines et de l’Energie.

Les ingénieurs internationaux ont établi l’existence d’une nappe de pétrole sous-marine contiguë aux gisements de pétrole du Venezuela : la capacité de cette nappe est estimée, cinq fois supérieure à celle du Venezuela ! Au lieu de l’exploiter nous rions largement sans dents devant, ni dents derrière. Allons y commençons par nous remettre au travail sans arrêter de danser pour pouvoir dire un jour : « Ayiti cheri, pi bèl pase ou nan pwen! »

PetroCaribe un autre costume de puis 5 ans

PétroCaribe avait décidé de porter un autre costume depuis 5 ans et était devenu la Zone Economique Pétrolière (ZEP). Haïti avait dit oui au ZEP tout de suite et avait signé depuis le 5 mai 2013, et en 2019 ne reconnait plus ni PétroCaribe ni la ZEP. En fait, le protocole d’accord annonçait la transformation des pays membres du programme PétroCaribe en une zone d’intégration, permettant à Caracas de jouer un nouveau jeu intelligent. Désormais il ne s’agissait plus seulement de vendre du pétrole mais aussi de constituer un seul bloc économique avec des échanges de biens et de services dans toute la région Amérique latine et Caraïbe. Haïti s’en est exclu tout seul.

En fait le Venezuela qui possède des réserves prouvées de brut de 296 milliards de barils, devant l’Arabie saoudite (265 milliards) regarde toujours son avenir de nation en grande négresse portant des talons haut qui la font apparaitre en géante, en dépit de ses propres problèmes d’immigration. Sont encore menées des discussions techniques et diverses réunions inter-ministerielles avec Antigua-et– Barbuda, Bahamas, Bélize, Cuba, la Dominique, la Grenade, Guyana, la République Dominicaine qui a ouvert une ambassade de Chine a Santo Domingo, la Jamaïque, Saint-Kitts-et Nevis, Honduras, Sainte-Lucie, Nicaragua, Suriname, Saint-Vincent-et les-Grenadines, Guatemala et le Venezuela. Tout ceci avec méthode en vue d’arriver à la mise sur pied de la nouvelle zone d’influence économique sans se soucier des Etats-Unis. Avec la ZEP. Yèp !  Bagay gran moun…

La redaction

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Latest News

Haiti Football Sélection Nationale: Agression, Frustration, Abandon, Denonciation et …

Haiti Football Sélection Nationale: Agression, Frustration, Abandon, Denonciation et ...   Part I-Gold Cup 2021: Après la défaite de la selection...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img
Translate »